Accueil
   
Index
   
Soumettre
un article
   
Projet éditorial
   
Les numéros en ligne
  • 7 | 2014
    Les espaces de l'entre-deux
  • 6 | 2013
    Géographie des faits religieux
  • 5 | 2013
    Géographie humanimale
  • 4 | 2012
    Géographies critiques
  • 3 | 2012
    Les géographies des enfants et des jeunes
  • 2 | 2011
    Espace virtuels et varia
  • 1 | 2010
    Varia
  •    
    Qui sommes- nous?
       
    Contact
       
    Flux_rss Flux RSS
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       

    globeCarnets de soutenances

     

    S’APPROPRIER LE DESERT
    Agriculture mondialisée et dynamiques socio-environnementales sur le piémont côtier du Pérou. Le cas des oasis de Virú et d’Ica-Villacuri


    Anaïs Marshall

    Télécharger l'article

    Depuis les années 1990, l’agriculture péruvienne est marquée par une politique de libéralisation des marchés économique et foncier, dont l’un des principaux effets est l’implantation d’entreprises agro-industrielles sur le territoire péruvien. Sur la côte désertique, cette ouverture se traduit par l’extension de périmètres irrigués et par une transformation profonde de l’espace rural. Comment une agriculture performante peut-elle se développer dans une région aride ? Dans quelles conditions les entreprises se sont-elles implantées et quelles types de relations instaurent-elles avec l’ensemble des acteurs du milieu rural ? Quels en sont les effets sociaux et environnementaux ? À travers cet exemple, cette thèse aborde les enjeux de l’agriculture mondialisée dans un Pérou en constante mutation et plus largement dans un pays dit « du Sud ».

    Ce travail s’appuie sur différents outils et propose une approche multi-échelle spatio-temporelle. Les résultats du travail de terrain (entretiens et observations) et ceux de l’analyse des données géomatiques (images satellitaires, couches d’informations géographiques) sont en constante articulation et sont complémentaires. Les entretiens exploratoires de terrain proposent une première description des phénomènes et les images permettent de les cartographier et de les quantifier. À l’inverse, l’analyse spatiale à partir des images localise les phénomènes qui sont ensuite interprétables et caractérisables grâce au témoignage des acteurs.

    Dans la première partie, nous présentons tout d’abord, le contexte physique et politico légal des oasis du piémont côtier péruvien. L’essor de l’agro-industrie dans un désert de piémont n’est possible qu’à condition de maîtriser les ressources naturelles que sont la terre et l’eau. Après avoir présenté le milieu physique, nous exposons l’évolution du cadre légal en terme de politiques foncières et de politiques d’irrigation. Ensuite, nous décrivons les structures agraires en nous appuyant sur une large observation des caractéristiques paysagères de deux oasis, représentatives de deux types d’expansion du périmètre irrigué : celle de Virú développée dans le cadre d’un projet étatique, et celle de l’oasis de Ica-Villacuri impulsée par l’initiative d’acteur privés. Cette approche permet de montrer la dualité des structures agraires qui juxtaposent les nouveaux périmètres irrigués gagnés sur le désert, et les vallées anciennement aménagées et de caractériser l’existence d’un modèle d’organisation spatiale des oasis, après leur transformation dans le cadre des politiques libérales des années 1990.

    L’arrivée de nouveaux acteurs sur un territoire provoque, de fait, une transformation de l’organisation locale et de nouvelles relations économiques et sociales. La deuxième partie de cette thèse aborde les relations socio-économiques que les dynamiques foncières actuelles génèrent entre les petits agriculteurs et les agro-industriels des deux structures précédemment définies. Nous présentons tout d’abord les évolutions paysagères et foncières et leurs liens au sein des oasis sélectionnées en précisant les différents modes d’acquisition des terres désertiques dites « vierges ». L’analyse des images satellites doublées de celle des enquêtes de terrain et d’un travail d’archive propose une étude détaillées des modalités d’appropriation du désert par les entreprises et les dynamiques foncières actuelles et passées. Nous nous intéressons ensuite aux divers liens établis entre les acteurs autour de l’expansion foncière et commerciale des entreprises. L’analyse est centrée plus particulièrement sur les relations contractuelles et sur le désengagement de l’Etat. Ces deux éléments sont révélateurs du rôle croissant, au sein des oasis côtières, d’organismes privés.

    La transformation d’espaces désertiques en champs agricoles et l’intensification de l’activité économique locale modifient considérablement le territoire. Nous abordons ces dynamiques et leurs effets du point de vue des acteurs locaux, par leurs dires et leurs perceptions en tant que premiers concernés et affectés. Les témoignages recueillis mettent en avant la diversité locale des conséquences de l’installation des entreprises sur l’environnement et sur les sociétés. Les impacts écologiques de l’irrigation d’un milieu aride, avec excès ou pénurie suivant les espaces, sont révélés et quantifiés par la télédétection. Dans les deux cas, les phénomènes perçus par les acteurs sont présentés suivant le concept du risque. A Virú, les acteurs expliquent être affectés par l’élévation du niveau de la nappe. Le risque émerge au passage d’une situation de déficit hydrique à une situation d’excès hydrique, avec une salinisation des sols favorisée par une évaporation très forte. L’aléa de l’inondation des sols, d’origine anthropique, est provoqué par la déviation des eaux de surfaces. Dans la Pampa de Villacuri et dans la vallée d’Ica, les acteurs sont affectés par la baisse considérable du niveau de la nappe phréatique et de son épuisement possible sur le très court terme. Pour les deux oasis, les déséquilibres spatiaux donnent lieux à une nouvelle répartition sociale et foncières avec des territoires favorisés et d’autres marginalisés suivant les capacités d’adaptation des acteurs.

    À travers le cas de ces deux oasis de la région côtière péruvienne, cette thèse met en avant certaines conséquences locales du choix national d’une politique libérale. La complémentarité des résultats de l’analyse spatiale à partir de la télédétection et d’un important travail de terrain permet de qualifier et de quantifier ces évolutions socio-environnementales.


    Fiche informative

    Lien vers la thèse

    http://www.anaismarshall.com/these-doctorat-geo/

    Discipline

    Géographie

    Directeur

    J.L Chaléard

    Université

    Université Paris-1 Panthéon Sorbonne

    Membres du jury de thèse, soutenue le 4 décembre 2009

    - J.L Chaléard, Professeur à l’université de ParisParis-1 Panthéon Sorbonne
    - E Bertrand, Professeur à l’université de Paris 4 (co-directeur)
    - E. Mesclier, Directrice de recherches IRD (co-directrice)
    - J.P Deler, Directeur de recherches CNRS (président du jury)
    - G. Brunschwig, Professeur ENITAC Clermont-Ferrand (rapporteur)
    - F. Landy, Professeur Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (rapporteur)

    Situation professionnelle actuelle

    Maitre de conférence contractuelle au Département Paysage de l'Agrocampus Ouest à Angers

    Contact de l’auteur

    anaismarshall@gmail.com

     

    credits_mentions_legales Votre monde  la carte